La restauration du lit de l’Isère bénéfique au milieu aquatique …

〉〉 La morphologie des tronçons restaurés est favorable à la faune piscicole. 

Les travaux de restauration du lit de l’Isère engagés par le S.I.S.A.R.C depuis 2016 permettent à la fois de réduire les risques d’inondation et d’améliorer la qualité écologique de la rivière et en particulier, sa qualité piscicole. Le chantier de restauration a entraîné une véritable métamorphose de la rivière qui retrouve son aspect historique.

Visuellement, la rivière présente aujourd’hui un lit beaucoup plus diversifié avec en particulier la réapparition de longues zones de radiers très intéressantes pour la faune piscicole et qui avaient quasiment disparu.

Deux années après l’achèvement des premiers travaux, il était toutefois intéressant d’aller au-delà de cette simple lecture visuelle, en cherchant  à évaluer dans le détail comment ont évolué les habitats piscicoles dans les tronçons restaurés.

Pour ce faire, sur la base d’une connaissance fine de la topographie du lit, des modélisations informatiques ont été réalisées. Ces modélisations numériques permettent de connaitre pour différentes valeurs de débits, les hauteurs et les vitesses de l’eau en tous points du lit.

Les résultats produits en situation actuelle peuvent être comparés à ceux obtenus avec le lit avant travaux de restauration. Cette comparaison est particulièrement éloquente.

En effet, la qualité piscicole d’une rivière dépend très directement de la présence dans le lit de « faciès d’écoulement » très différents, en particulier :

  • des zones peu profondes avec des vitesses d’écoulement faibles (les plats lents)
  • des zones peu profondes avec au contraire des écoulements rapides  (les radiers)
  • des zones de grandes profondeurs

Or, sur les 6 types de faciès qu’il est souhaitable de trouver dans le lit, 4 d’entre eux avaient quasiment disparus (présence très majoritaire du seul facies « écoulement profond ») alors qu’ils sont désormais tous présents dans l’état restauré. De plus, après restauration du lit, la surface en eau est augmentée de 20 %.

L’opération de restauration a conduit à augmenter nettement la surface de « plats courant » et de «radiers » qui sont respectivement des zones favorables à la croissance des juvéniles et au nourrissage des adultes (truite fario).

L’un des objectifs du chantier de restauration du lit était de rendre à la rivière des habitats présentant un potentiel favorable à la faune piscicole. Les constats réalisés montrent que cet objectif semble rempli. Il reste bien sûr maintenant à pérenniser dans le temps cet état restauré et les réflexions se poursuivent activement.


〉 Pour en savoir +

  • La modélisation hydraulique 2D du tronçon restauré entre janvier et avril 2017 (soit 2 km de longueur) a été effectuée sous le logiciel Telemac2D.
  • Les simulations ont porté sur 4 valeurs de débits comprises entre 30 et 90 m3/s, ce qui permet de représenter les écoulements de la rivière 75 % du temps.
  • Les faciés ont été classé en six catégories conformément à des protocoles standards en matière d’étude d’habitats piscicole (d’après Champigneulle, 1978).

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.sisarc.fr/restauration-isere-benefique-milieuaquatique/